La déontologie de l’avocat

« Je jure, comme avocat, d’exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité ». 

Tel est le serment que prononce chaque avocat avant de commencer à exercer sa profession.

De ce serment découlent pour l’avocat certaines obligations qui garantissent une défense optimum pour son client.

Le principe d’indépendance garantit que les conseils dispensés par votre avocat ne seront jamais guidés par un intérêt personnel ou une pression extérieure.

Le principe de loyauté impose à l’avocat de ne pas conseiller ou défendre deux parties dont les intérêts sont susceptibles de s’opposer et l’oblige à communiquer ses pièces et conclusions à ses adversaires, pour un débat contradictoire et un procès équitable.

Le principe de confidentialité couvre les communications verbales ou écrites entre avocats et entre l’avocat et le client et les informations dont il peut avoir connaissance au cours d’échanges avec l’adversaire.

Le respect du secret professionnel interdit à l’avocat de dévoiler aux tiers les confidences  qu’il a reçues de son client.

La déontologie de l’avocat a été élaborée pour le judiciaire et reste orientée vers lui.

Bien entendu, une défense optimum ne signifie pas une garantie de relaxe automatique dans le cadre de procédure pénale, de garantie de récupération de l’intégralité de vos points en cas de perte de points sur le solde de votre permis de conduire car il convient notamment de tenir compte du facteur humain inhérent à toute procédure judiciaire, mais elle permet de déceler des failles que vous ne décèleriez pas nécessairement, sans la connaissance des règles légales applicables.

Votre avocat exerce sa profession en ayant la probité de vous apporter le meilleur conseil en fonction de votre situation.